Le meilleur simulateur de rentabilité locative sur Excel (V3)

Comment calculer la rentabilité locative d’un bien immobilier facilement même sans être un expert et surtout sans erreur ? C’est ce que nous allons voir ensemble dans ce nouvel article. Ou, je vais vous montrer l’outil indispensable à avoir pour calculer son rendement locatif facilement et avec précision sur Excel.

Pour réussir à acheter un bien rentable et donc, à gagner de l’argent avec son investissement locatif. Il est essentiel de calculer sa rentabilité locative correctement. Pour ce faire, il faut veiller à n’oublier aucunes charges et aucuns impôts dans ses calculs. Il faut, également, tenir compte de la fiscalité immobilière qui peut vite devenir un vrai cauchemar surtout lorsque l’on débute en immobilier !

Alors, pourquoi ne pas utiliser un simulateur de rentabilité pour optimiser vos investissements et éviter les erreurs ?

(En attendant la nouvelle vidéo de présentation du simulateur de rentabilité V3, voici la vidéo de la V1)

Bonjour à tous, aujourd’hui, je vais vous présenter le meilleur simulateur de rentabilité locative qui existe sur Excel. Et je peux vous dire qu’avec cet outil fiable, complet et très simple à utiliser, tous vos calculs de rentabilité ne seront plus jamais une corvée !

Passons tout de suite sur mon écran ou je vais vous montrer en détail, comment calculer le rendement locatif de vos projets immobiliers à l’aide de mon simulateur.

I – Présentation du simulateur de calcul de rentabilité locative :

Avant de voir un exemple concret, je vais vous présenter rapidement les différents onglets de cet outil pour bien comprendre ses fonctionnalités et comment il fonctionne.

simulateur-de-rentabilite-excel
Le meilleur simulateur de rentabilité locative sur Excel

Ce simulateur de rentabilité se compose des quinze onglets suivants :

  • PARAMÈTRES : qui permet de modifier tous les paramètres du simulateur comme par exemple, les barèmes de l’impôt sur le revenu et ceux de l’impôt sur les sociétés,
  • À COMPLÉTER : qui est le seul onglet à compléter sur cet outil pour que la saisie de vos données soit le plus simple possible,

Les 9 onglets suivants (en bleu) se présentent de la même manière et détaillent les calculs de la rentabilité locative (le cash-flow, le rendement, l’impôt sur le revenu, la VAN, le TRI, le calcul de la plus-value à la revente, etc.) en fonction des différents régimes qui existent :

  • LMNP – BIC – RÉEL : qui est dédié au régime réel de la location meublée, en tant que Loueur en meublé non professionnel,

Pour information : Sur tous ses onglets, vous avez le choix entre deux vues, une vue minimaliste avec les principaux indicateurs qui vont nous intéresser pour investir et une vue développée avec tous les détails des calculs. Pour ce faire, il suffit de cliquer sur les plus (+) sur la gauche ou sur les chiffres 1 et 2. Ce qui permet d’avoir tous les calculs plus ou moins détaillées. Vous pouvez, également, modifier les formules et ajouter tous ce dont vous avez besoin.

  • LMNP – BIC – MICRO BIC : qui est dédié au régime micro de la location meublée,
  • LMP – BIC – RÉEL : qui est conçu pour le régime réel de la location meublée, en tant que loueur en meublé professionnel,
  • REVENU FONCIER – RÉEL : qui est conçu pour le régime réel de la location nue. D’ailleurs, il prend en compte le calcul du déficit foncier pour ceux que ça intéresse et nous verrons ça juste après.
  • REVENU FONCIER – MICRO FONCIER : qui est dédié au régime micro de la location nue,
  • PINEL – RÉEL : qui est dédié au régime réel du PINEL au réel,
  • PINEL – MICRO FONCIER : qui est dédié au régime micro foncier du PINEL,
  • SOCIÉTÉ – IS – SANS DISTRIBUTION : qui est consacré à la location dans une société à l’impôt sur les sociétés sans distribution de dividende,
  • SOCIÉTÉ – IS – AVEC DISTRIBUTION : qui est consacré à la location dans une société à l’impôt sur les sociétés avec distribution de dividende,

Ensuite, nous allons avoir l’onglet :

  • SYNTHÈSE : qui permet d’avoir une synthèse, chiffrée et graphique, des différents indicateurs clés comme le cash-flow net, LA VAN et le TRI. Ce qui va vous permettre de faire le meilleur choix pour votre investissement immobilier locatif.

Et enfin, les trois derniers onglets permettent d’avoir le détail des calculs pour :

  • LES EMPRUNTS : vous allez retrouver, trois tableaux d’emprunts puisque selon le type de location et le montant de votre apport, le montant de l’emprunt ne sera pas forcément le même. En cliquant sur les plus (+), vous pourrez avoir plus ou moins de détail,
  • LES AMORTISSEMENTS : vous allez retrouver un premier tableau d’amortissement pour la location meublée et un deuxième pour la location en société. Même principe que pour les autres onglets, en cliquant sur les plus (+), vous pourrez avoir plus ou moins de détail. Vous pouvez, également, modifier les composants du bien immobilier et les durées d’amortissement, que ce soit pour le bien, les travaux et le mobilier.
  • LES DÉFICITS : vous allez retrouver les calculs détaillés du déficit foncier pour les revenus fonciers, pour le PINEL et pour le LMP et aussi, l’imputation des déficits sur votre revenu global. Et, si on clique sur plus (+), on va avoir tous le détail des calculs.

Comme vous pouvez le constater, le simulateur de rentabilité est très détaillé mais ne vous inquiétez pas, il est très simple à utiliser. D’ailleurs, je vous ai fait un guide détaillé et illustré de 34 pages, pour l’utiliser correctement. . J’ai, également, ajouté de nombreux commentaires pour vous aider à compléter facilement vos données sur ce simulateur.

calculateur de rentabilité

Passons maintenant à un exemple chiffré pour bien comprendre comment fonctionne ce simulateur de rentabilité et de fiscalité immobilière.

II – Comment fonctionne le simulateur de rentabilité sur Excel :

Avec ce simulateur, j’ai voulu créer un outil ultra-simple à utiliser, complet et surtout, FIABLE. C’est pour cela qu’il n’y a que l’onglet « à compléter », à remplir sur cet outil. Tous les autres onglets vont se remplir automatiquement, à partir des données de cet onglet.

Sur cet onglet, le but est de remplir toutes les cellules jaunes et de renseigner les options qui s’offrent à vous, dans les cellules orange qui sont des listes déroulantes. Les cellules bleu quant à elles, sont des données calculées qui vont se remplir automatiquement à partir des cellules jaunes et orange que vous allez renseigner.

1) Commençons par le coût d’acquisition du bien immobilier :

Prenons un exemple très simple ou l’on veut investir dans un immeuble de rapport de 2 appartements de 30 m² chacun, affiché au prix de 105 000€ frais d’agence inclus.

cout-acquisition-investissement-locatif

Nous avons donc un bien affiché à 100 000€, des frais d’agence pour 5000€ et des frais de notaire d’environ 8000€. On peut voir que les frais de notaire se calculent automatiquement à partir du taux de 8% et du prix du bien hors frais d’agence.

Le prorata payé au vendeur correspond à la partie de la taxe foncière et aux charges de copropriété, qui reviennent à l’acheteur le jour de la vente. Pour vous aider à compléter les différents tableaux de cet onglet, il y a des commentaires dans de nombreuses cellules et un guide détaillé qui est fourni avec ce simulateur. Ici, j’ai indiqué un prorata de 450€ qui correspond à la moitié de la taxe foncière. On peut donc considérer que nous allons faire cet investissement en milieu d’année.

Ensuite, nous avons des frais de dossier pour 500€, pas de frais de courtier et une caution bancaire pour 1962€. Pour estimer facilement une caution bancaire, on peut aller sur le site du crédit logement et faire une estimation rapide.

caution-bancaire-emprunt-immobilier

En ce qui concerne les travaux, nous avons mis 25 000€ de rénovation pour remettre cet immeuble au gout du jour. Très important. N’oubliez pas de faire des devis pour estimer le montant des travaux. Surtout, si c’est votre premier investissement immobilier locatif.

Il faut, également, tenir compte du mobilier pour calculer la rentabilité locative du bien en meublé. Dans notre exemple, on va partir sur 3000€ de mobilier. Et, vous pouvez voir que le mobilier s’est reporté en location meublée et en location en société puisque j‘ai choisi l’option « location meublée » dans le mode de location en société un peu plus bas.

Pour finir de compléter ce premier tableau, il faut aussi indiquer les frais de constitution de société. Si, on passe par des professionnels, créer une société coûte environ 1500€. Cela étant, vous pouvez toujours trouver moins chères sur internet, ou le faire vous-même. Cependant, je vous conseille de faire appel à un professionnel pour la rédaction des statuts afin que tout soit conforme à votre situation et à vos objectifs.

Passons maintenant au tableau suivant pour affiner notre simulation.

2) Le tableau des loyers et des charges du projet immobilier :

Au niveau des loyers mensuels :

element-pour-calcul-de-rentabilite-locative

On peut voir qu’il est possible de renseigner des loyers et des charges récupérables différents en fonction du type de location. En effet, les loyers en meublé sont généralement plus élevés que ceux pratiqués en location nue. Tout simplement car la location meublée est un service avec des prestations supérieures à celles que l’on peut proposer en location nue.

C’est pour cette raison que j’ai mis un loyer en location meublée de 1200€ et en location nue, un loyer de seulement 1000€. Pour la location en société, le simulateur reprend le loyer en fonction du mode de location que vous allez lui indiquer dans la liste déroulante du dessous.

Le principe pour les charges récupérables reste le même que pour celui des loyers. Rien ne vous empêche en meublé de fournir un service de ménage ou un abonnement internet par exemple. Et ces charges, vous allez les refacturées à vos locataires.

Au niveau des charges annuelles :

element-pour-calcul-de-rentabilite-locative

On va retrouver des charges locatives pour 600€, une assurance propriétaire non occupant pour 350€, une taxe foncière pour 900€ et de l’entretien pour 600€. Attention, le poste entretien est un élément à ne pas sous-estimés surtout si vous acheté un bien dans l’ancien que vous n’allez pas totalement rénover.

N’oubliez pas que le but de faire des calculs de rentabilité locative n’est pas de mettre que des chiffres optimistes pour avoir le meilleur rendement possible. Mais de mettre des chiffres réalistes voir pessimistes pour analyser, si vous allez vraiment gagner de l’argent avec ce projet.

Ensuite, on va avoir la gestion locative pour ceux qui veulent déléguer la gestion de leur bien à une agence. Pour information, une agence va vous prendre environ 5% des loyers annuels auquel il faudra ajouter les frais de mise en location qui s’élèvent à environ un mois de loyer. Déléguer à donc, un coût non négligeable surtout lorsqu’on loue des petites surfaces qui vont avoir du turnover. Il est donc préférable de prévoir ces coûts dans ses calculs de rentabilité. Pour cet exemple, je ne vais pas mettre de frais de mise en location pour simplifier les calculs.

Il y a aussi les frais bancaires qui sont plus élevés en société qu’en nom propre. C’est pour cette raison que j’ai mis des frais bancaires de 15€ en location meublée et nue et de 300€ en société.

On va, aussi, avoir des frais de comptabilité en location meublée et en location en société. Et, comme pour les frais bancaires, les frais de comptabilité sont plus élevés en société qu’en nom propre. On peut, également, faire appel à un CGA (centre de gestion agréé) en location meublée et bénéficier d’une réduction d’impôt. Pour vous donner une idée du coût d’un comptable. Je paye 549€ pour un bien plus 100€ par bien supplémentaire avec mon comptable en ligne et 150€ pour le CGA. Alors qu’une pour une société, il faut compter environ 1500€ par an.

Ensuite, nous allons avoir la cotisation foncière des entreprises (CFE) qui est un impôt que l’on va retrouver uniquement en meublé et en société. Pour ce calcul, il faut renseigner la base CFE de votre ville, le nombre de lot sur ce projet et si vous possédez déjà un bien meublé ou non. La bonne nouvelle, c’est que vous serez exonéré de CFE la première année d’exploitation.

Pour la contribution sur les revenus locatifs (CRL) qui représente 2.5% des loyers hors charges. Elle est due uniquement par les sociétés qui ne sont pas assujetties à TVA. Il faudra donc indiquer si votre société est soumise ou non à TVA.

3) Le tableau de l’emprunt bancaire, du foyer fiscal et de la revente du bien :

Au niveau du financement bancaire :

tableau-excel-donnees-financement-bancaire

Une des nouveauté de la version 3 est qu’il est possible de prendre en compte différent type d’emprunt. On va retrouver l’emprunt :

  • classique,
  • avec un différé partiel,
  • avec un différé total,
  • in fine.

Dans notre exemple, on va choisir un emprunt sur 20 ans avec un différé partiel de 6 mois. Ensuite, il suffit de compléter les données de votre emprunt : le taux d’intérêt, le taux de l’assurance emprunteur et le montant de votre apport.

Au niveau du foyer fiscal :

tableau-donnees-foyer-fiscal

C’est très simple. Il faut indiquer votre revenus nets après abattement, votre situation familiale (Marié ou Pacsé ou Célibataire ou Divorcé), l’imposition des dividendes (à la Flat Tax ou au barème progressif) et le nombre d’enfant.

Je précise que ce simulateur de rentabilité tient compte du plafonnement du quotient familial et de la décote liée à l’impôt sur le revenu. Les calculs de rentabilité locative sont donc très affinés par rapport à votre situation.

Au niveau de la revente du bien :

cession-investissement-locatif

C’est aussi une des nouveautés de la version 3 qui permet d’analyser les calculs de rentabilité de A à Z. Pour avoir le calcul de la plus-value immobilière, il faut indiquer une valeur de revente et une durée de détention.

Vous pouvez, également, faire vos calculs sans revente et avoir le détail de la rentabilité de votre projet sur 25 années.

C’est ce que je vais faire dans notre exemple. Je vais laisser les calculs se faire sans revente et nous mettrons une revente à 10 ans lorsque nous analyserons les résultats en fin d’article.

Je pense que vous commencez à comprendre, pourquoi je parle du meilleur simulateur de rentabilité locative qui existe sur Excel ! Et, je dis cela vraiment en toute humilité puisque créer un outil Excel comme celui-ci demande énormément de travail et de recherche.

calculateur-de-rentabilite

Au niveau des options et des autres réglages :

option-reglage-simulateur-de-rentabilite

Vous pouvez indiquer le taux de vacance locative que vous souhaitez. Par défaut, j’ai mis un taux de 4% qui correspond à une vacance locative d’un mois tous les deux ans. Je vous conseille d’en mettre un, en fonction du type de locataire que vous allez viser. Si vous faites par exemple de la location étudiante, 4% est le minimum selon moi.

Ensuite, vous pouvez indiquer le taux d’actualisation que vous souhaitez. J’ai mis un taux de 4%. En fait, ce taux d’actualisation permet d’évaluer la rentabilité du projet et sert, à calculer la Valeur Actuelle Nette (VAN nette) et le Taux de Rentabilité Interne (TRI).

Ce simulateur de rentabilité permet également de calculer la rentabilité d’un bien en location courte durée. Il prend en compte l’option « meublé de tourisme » ou l’abattement en micro BIC passe de 50% à 71%.

L’une des autres nouveautés de la version 3 est la prise en compte du dispositif PINEL. Pour ce faire, vous devez compléter la surface utile en m² et la durée du Pinel (6, 9 ou 12 ans).

Une fois cet onglet compléter, on va pouvoir passer à l’analyse des résultats.

III – Analyse de la rentabilité locative du projet immobilier :

Pour analyser la rentabilité et la faisabilité d’un investissement immobilier locatif, il faut regarder l’onglet « synthèse ». Ou, une synthèse chiffrée et une synthèse graphique sont à votre disposition.  

En un seul coup d’œil, cet onglet va vous permettre d’identifier le meilleur régime pour votre projet immobilier. Et, d’écarter les régimes les moins rentables ou ceux qui ne sont pas possibles. Les chiffres en rouge, nous indiquent les régimes à éviter ou à optimiser si on veut gagner de l’argent avec l’immobilier.

chiffre-projet-immobilier
cash-flow-immobilier-locatif
graphique-resultat-calcul-de-rentabilite-locative

Dans tous les cas, il faut analyser les résultats et essayer de les optimiser au maximum. Par exemple, en jouant avec le prix de vente ou en mettant un peu plus d’apport. Souvenez-vous que c’est à l’achat que vous allez gagner de l’argent avec l’immobilier et non à la revente.

Tiens, parlons-en de la revente.

1) Analyse des résultats à partir de l’onglet Synthèse :

Selon moi, il est important d’analyser les chiffres de vos projets immobiliers avec et sans revente. Tout simplement, car un projet peut très bien ne pas être rentable en termes de cash-flow sur la location mais très intéressant au niveau de la plus-value que ce bien va pouvoir générer à la revente.

Sans revente, et sans optimiser les résultats, on peut d’ores et déjà éliminer tous les régimes qui ne sont pas rentables. C’est-à-dire, ceux avec des VAN nettes négatives et ceux avec des TRI inférieurs à notre taux d’actualisation de 4% et sans TRI. Ils sont très faciles à identifier, puisque ce sont les régimes avec des chiffres en rouge. Je vous explique tous les ratios dans le guide fournit avec le simulateur de rentabilité locative.

Dans notre exemple, nous pouvons donc enlevés le LMP, les revenus fonciers, le PINEL et la société à l’IS avec distribution de dividende.

tableau-de-rentabilite-excel

Il reste donc, le LMNP au réel et au micro BIC et la société à l’IS sans distribution de dividende.

Petite parenthèse avant d’aller plus loin dans l’analyse:

Quand on veut investir dans l’immobilier, il faut rester simple surtout à ses débuts. Gardez à l’esprit qu’il est inutile de créer une société dans le seul but d’échapper à l’impôt. Et, que l’on ne créé pas une société pour acheter un studio à 30 000€. Commencez pas investir en nom propre, prenez de l’expérience et ensuite vous pourrez pas à l’étape supérieur.

Ce qui est, aussi, intéressant de dire sur la société à l’IS. C’est que dès que l’on distribue des dividendes, le cash-flow immobilier diminue. Ici, on peut voir que le cash-flow sans distribution est de 29 757€ et avec distribution, de 12 430€. La société à l’IS n’est donc pas toujours la solution optimale ou on va payer le moins d’impôt. Puisqu’il y a une double imposition au niveau de la société et au niveau du foyer fiscal lorsque l’on distribue les résultats.

societe-is-cash-flow

Revenons à notre cas et intéressons-nous de plus près au meilleur régime fiscal pour notre projet. Si, vous ne deviez retenir qu’un seul indicateur pour prendre votre décision d’investir ou non. Il faudrait retenir le TRI puisqu’il prend en compte tous les flux de trésorerie de l’achat à la revente. C’est pour cette raison qu’il est intéressant d’analyser, également, les chiffres avec revente.

Sur ce projet, il est préférable d’opter pour le régime LMNP au réel si on veut maximiser son cash-flow immobilier. Tout simplement car c’est le LMNP au réel qui a le TRI le plus élevé.

Voyons maintenant ce que donne les calculs de rentabilité avec une hypothèse de revente du bien à 10 ans.

2) Analysons la rentabilité locative avec une revente du bien à 10 ans :

Si, on retourne dans l’onglet à compléter et que l’on indique une revente du bien à 10 ans. Voyons ce que ça donne en termes de rentabilité avec un prix de revente de 160 000€.

plus-value-immobiliere

Tous les indicateurs sont au vert sauf le LMP puisque nous sommes en dessous des seuils. Même avec une hypothèse de revente, le meilleur régime reste le LMNP au réel pour ce projet avec un TRI à 28%.

simulation-cash-flow-immobilier
cash-flow-avec-revente-du-bien
calcul-cash-flow-immobilier

Néanmoins, si dans votre secteur, la location meublée ne fonctionne pas. Vous pouvez toujours envisager de faire de la location nue sur un bien à forte valeur ajoutée et le revendre pour gagner de l’argent avec l’immobilier.

Avec notre exemple, on peut faire un joli cash-flow de 91 780€ en revenu foncier avec une revente du bien à 10 ans.

revenus-fonciers

Comme je le disais précédemment, il ne faut pas regarder uniquement le cash-flow que l’on va gagner en louant un bien. Mais, l’ensemble du projet dans sa globalité (de l’achat à la revente).

En immobilier, on n’a vraiment pas de temps à perdre car les bonnes affaires partent très vite. Il faut donc se positionner rapidement sur un bien immobilier, en calculant la rentabilité d’un bien sans erreur. Sans oublier d’adopter la bonne stratégie pour ne plus laisser filer les bonnes affaires.

acheter un bien rentable

Il reste encore une dernière étape pour valider son projet immobilier.

3) Analyse de l’onglet LMNP au réel en détail :

La dernière étape consiste à analyser les onglets des différents régimes qui vous intéressent, afin de valider votre projet immobilier.

Je vous propose qu’on analyse ensemble, l’onglet LMNP BIC REEL. Puisque c’est le régime qui est le plus rentable pour notre projet. Pour ce faire, je vais reprendre les données sans la revente du bien.

On va passer en vue détaillé, en cliquant sur le petit 2 en haut à gauche. Cela permettra d’avoir tous les détails du projet pour bien analyser les résultats de la simulation.

donnees-projet-immobilier

Tout en haut, on va retrouver :

  • les données saisies dans l’onglet « à compléter »,
  • un cadre permettant de savoir si le régime micro BIC est possible ou non,
  • un tableau avec le calcul de la plus-value immobilière (si vous indiquez une durée de détention),
  • un tableau concernant la règle des 70%. Il faut que 70% de vos loyers couvrent la mensualité d’emprunt pour que la banque finance votre investissement locatif,
  • et une explication sur le taux de charge. Le taux de charge est un indicateur très important pour optimiser la fiscalité de vos investissements. On en reparle juste en dessous.
tableau-rentabilite-excel
J’ai masqué certaines colonnes pour que le tableau soit lisible sur cette image.

Dans le premier tableau, on va retrouver différents indicateurs comme :

  • le taux de charge. Il permet de voir quand il faudra changer de régime pour optimiser la fiscalité de son investissement locatif. Dans notre exemple, il faudra passer en micro Bic en N+15 pour optimiser sa fiscalité,
  • le résultat imposable au niveau de son foyer fiscal,
  • les différents calculs du cash-flow net d’impôt et du rendement brut, net et net net. Pour avoir un projet qui s’autofinance, il faut viser une rentabilité brute d’environ 10%,
  • et les indicateurs financiers comme la VAN nette, le TRI et le délai de récupération de son apport.

Juste en dessous, il y a un deuxième tableau qui nous montre l’impact des revenus locatifs sur son imposition. La fiscalité immobilière, c’est ce qui intéresse le plus les investisseurs immobiliers.

calcul-impot-revenu-locatif

Sur ce tableau qui fait la synthèse de la fiscalité de la location meublée au réel, on va retrouver :

  • vos revenus nets avec vos revenus locatifs,
  • l’évolution de votre tranche marginale d’imposition (TMI),
  • votre impôt sur le revenu détaillé avec la part d’impôt sur vos revenus, sur le locatif et la part de la CSG/CRDS,
  • ainsi que l’impôt sur la plus-value à payer en cas de revente (si vous indiquez une durée de détention).

D’ailleurs, tous les autres onglets des différents régimes se présentent de la même manière, avec pour chacun d’eux leurs spécifiés. Par exemple, en revenu foncier au réel, vous aurez le calcul du déficit foncier.

Avec ce projet en LMNP au réel, on peut voir que l’on va commencer à payer des impôts en N+4. Et, qu’ils vont augmenter au fur et à mesure que les charges vont diminuer.

Une fois votre projet validé, il ne reste plus qu’à préparer votre dossier de financement.

Pour votre dossier de financement, c’est très simple :

Il suffit d’imprimer l’onglet de votre choix pour le joindre à votre demande de financement. De cette façon, n’importe quelle banque ou courtier ne pourra que vous prendre au sérieux.

Vous l’avez compris. Sans un simulateur de rentabilité, l’investissement immobilier ne sera pas optimum et surtout pas rentable ! C’est donc l’outil indispensable à avoir pour celui qui veut réussir ses investissements locatifs.

Je pense que vous savez tout sur ce simulateur de rentabilité ultra-simple à utiliser, complet et surtout, FIABLE.

Si vous êtes prêt à vous lancer dans vos calculs de rentabilité locative et réussir vos investissements immobiliers. Je vous attends, dès maintenant, de l’autre côté pour plein de calculs rentables.

calculateur de rentabilité

J’espère que ce simulateur vous permettra de calculer votre rentabilité locative et d’investir sereinement dans l’immobilier !

En attendant, je vous dis à bientôt sur Placement & Liberté.

Jonathan

Pour partager:

Vous Pourriez Aimer Aussi

A propos de l'auteur: Jonathan

Investisseur et entrepreneur, j'accompagne les personnes désirant reprendre leurs finances personnelles en main et, investir leur argent sereinement en ayant des résultats concrets ! Devenez acteur de votre liberté en rejoignant une communauté passionnée d’investissement et de liberté financière !

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *